Galerie du Galion

Accueil > Ethnies d’Afrique > Bambara

Bienvenue chez les

Bambara

mercredi 2 mars 2005, par Emile Proust

Les deux millions deux cent cinquante mille Bambara, appelés aussi Bamana, forment la plus grande ethnie du Mali . Ils occupent la partie centrale de ce pays, dans une région couverte par la savane.

JPEG - 46.1 ko
Les Bambara au centre du Mali

Berceau des grands États ouest-africains du Moyen Âge, le Mali, haut lieu de l’archéologie et des études ethnologiques, est aussi l’un des pays les plus pauvres au monde.

Ce pays, dont la population s’accroît chaque année de 3 %, est confronté à l’équation de sa survie : asseoir l’autosuffisance alimentaire sans abandonner les cultures commerciales, dont les prix, pourtant, sont soumis aux aléas du climat et des marchés internationaux.

Au cœur de l’Afrique de l’Ouest, sans accès à la mer, le Mali, s’étend sur 1 240 000 km2, soit presque deux fois et demie la superficie de la France.


De nombreuses ethnies, déterminées par leurs langues différentes, sont représentées. Les Bambara sont les plus nombreux (36,5 % de la population globale), devant les Peuls (13,9 %), les Sénoufo (9 %), les Soninké (8,8 %), les Dogon (8 %), les Songhaï (7,2 %), les Malinké (6,6 %), les Dioula (2,9 %), les Bwaba (2,4 %), les Touareg (1,7 %), les Maures ou Berbères (1,2 %). Ces découpages ethniques se retrouvent par ailleurs, dans une certaine mesure, dans la répartition socioprofessionnelle : les Bambara, les Dogon et les Sénoufo sont pour la plupart paysans ; les Bozo, pêcheurs ; les Marka et les Malinké, traditionnellement commerçants, constituent l’essentiel de la population urbaine ; les Touareg, les Peuls (Fulani) et les Maures, nomades, sont en majorité éleveurs.

Les Bambara sont principalement animistes, même si la religion islamiste tente de les convertir depuis plus d’un siècle. Le royaume Bambara fut fondé au cours du XVIIe siècle, durant le règne de N’golo Diarra. On attribue à celui-ci la conquête du peuple Peul et des cités de Djenné et Tombouctou. Néanmoins, durant le XIXe siècle, ce royaume s’affaiblit et, finalement, tomba dans les mains des colonisateurs français en 1892. La société Bambara est, pour la plus grande part, structurée autour de six sociétés masculines connues sous le nom de Dyow (sing. Dyo).

Portfolio