Galerie du Galion

Accueil > Les artistes qui exposent > Joseph Amédokpo

Présentation du peintre

Joseph Amédokpo

jeudi 10 mars 2005, par Emile Proust

Né un 12 décembre 1946 parmi les senteurs des manguiers de son petit village de Vogan au Togo, Joseph Amédokpo intrigue ses congénères en se consacrant à la peinture.

JPEG - 11 ko
Joseph Amédokpo dans son atelier

A Vogan, petite ville au Sud Est du Togo, il semble plus séant pour vivre d’aller aux champs ou bricoler en qualité d’artisan.

A 9 ans, après le décès de son père, Joseph suit son oncle pour vivre et étudier à Lagos, mégapole du sud du Nigéria. A 11 ans, il intègre le « Trade Center YABA ». Il prend alors connaissances avec des techniques de graphisme liées à la conception de panneaux publicitaires. Puis il passe plusieurs années à exercer son talent au service de la « First Bank of Nigeria ».

Le temps passe ainsi, sans liens avec le passé, sa famille. Mais en 1982, sa mère est faible, malade. Il revient au village pour s’occuper d’elle et des petits frères et sœurs. Il peint pour vendre son art et faire vivre la famille. Une obligation que doit en tel cas remplir un fils aîné.

Son imagination et son talent lui permettront vite de remplir le contrat social auquel il se doit. Les jeunes américains du « Corps de la paix » au Togo sont ses premiers clients. Puis l’ambassadeur des Etats-Unis tombe sous le charme. Sa clientèle se diversifie, surtout dans les milieux chrétiens, Catholic Relief Services, qui lui demandent d’exposer. On pourrait alors s’interroger sur les raisons qui poussent ces derniers à montrer ces oeuvres de Joseph, tellement empreintes des marques du culte Vaudou....mais au Togo, que l’on soit chrétien ou musulman, on n’en est pas moins attaché au culte des ancêtres et des divinités nées quelques siècles plus tôt de l’imaginaire collectif.
Un(des) culte(s) et une culture qui ont jusqu’à ce jour permis aux citoyens de coexister pacifiquement malgré toutes les différences apparentes exprimées par ces mêmes cultes ...fétiche/chasseur pour les uns, déesse de l’eau pour d’autres, ou encore divinité du feu , de la foudre, etc.